Logo de Nat-action

Nat-action, forum de natation pour tous

Compétitions ou loisirs, nageurs, parents, entraineurs... Venez parler entre passionnés de natation!
Nous sommes le 20 Aoû 2018 20:09

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 27 Aoû 2017 15:56 
Hors ligne
Nouveau canard

Inscription: 27 Mai 2015 15:26
Messages: 8
Spécialités: course natation
Bonjour,

Je souhaitai avoir quelques informations, statistiques, arguments, sur le fait qu'il me semble que de plus en plus de nos nageurs souhaitant effectuer de VRAI études Universitaires mais souhaitant également s’entraîner intensivement avec des horaires adaptés pour continuer à rêver NATATION sont obligés de quitter la France post BAC.
Pour exemple, rien que cette année, dans notre régions trois jeunes de 1999 nageant au Niveau N1 et ayant leur BAC en poche quittent la France pour avoir la possibilité de continuer à nager et faire des études Universitaires autre que STAPS.
j'imagine que se doit être identique dans chaque région.


Merci de vos retours


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 27 Aoû 2017 17:57 
Hors ligne
Poussin

Inscription: 15 Mar 2017 13:49
Messages: 263
Spécialités: toutes
Sujet extrêmement interessant (merci Bouliche), c'est à mon avis le gros frein pour l'éclosion de talents en france Trouver des structures est la galère, je n'ose même pas penser après le bac. A mon sens le plus gros chantier, mais ça devient urgent....
Etant novice dans le monde de la natation, je me trompe peut-être mais j'adorerais avoir l'avis des personnes concernées.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 28 Aoû 2017 10:27 
Hors ligne
1ère compétition

Inscription: 08 Juin 2007 15:18
Messages: 180
C'est exactement ca. Aujourd'hui il est très facile pour des nageurs de tout niveau d'obtenir, aux états unis, une bourse permettant de payer 2/3 à 3/4 de la "cotisation" nécessaire. Un nageur N1 trouvera sans trop de difficulté une bourse à 80%. Il est maintenant bien connu que les conditions d'entrainement et d'étude sont bien meilleures qu'en France. Si les parents peuvent se permettre de payer de leur poche 6 à 10.000€ par an (billets d'avions inclus) alors le jeune sportif pourra partir étudier et pratiquer sont sport à l'étranger très facilement. Il me semble que certains nageurs de haut niveau présents sur ce forum sont actuellement là bas mais je ne saurais te dire qui ni leur pseudo.

Edit: je confirme mais ne réponds pas vraiment à ta question...
Pour avoir vécu l'experience, il faut savoir qu'en règle général les conditions d'entrainement sont top: pratiquement systématiquement l'université possède son propre bassin (souvent 25 yards, plus rarement 50m) ce qui facilite les horaires d'entrainements et la séparation de groupe. Si je ne me trompe pas certaines universités étalent l'entrainement de leur différents groupes (sprint, demi fond, spécialités) sur toute l'après midi/soirée pour avoir des conditions d'espace optimales. Les équipes possèdent plusieurs entraineurs, les plus grosses tout ce qui va autour avec les préparateurs physiques etc. Evidemment il y a toutes les infrastructures nécessaires pour le renforcement musculaire
D'un autre coté, il est très aisé de passer son diplôme en 4 ans avec seulement 3 à 4h de cours par jours en moyenne, voir moins. En effet, certaines structures propose des systèmes pour valider une retains nombre de "crédits" (de mémoire il faut environ 120 crédits pour un bachelor) a savoir que 1 crédit = 1h de cours par semaine. Certains systèmes, par exemple propose de passer un examen de la langue française (vu sur la région de Miami) extrêmement simple nous permettant de valider 15 crédits d'un coup. Alors évidemment ca rabaisse le prestige du diplôme obtenu, mais aujourd'hui si on ne sort pas d'une très grande école ou de médecine le diplôme sert juste à dire "J'ai fait mes études!"

_________________
http://sapristiville.miniville.fr/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 28 Aoû 2017 11:20 
Hors ligne
Poussin

Inscription: 15 Mar 2017 13:49
Messages: 263
Spécialités: toutes
Je n'ai pas lu que Nice, par exemple , propose un partenariat avec l'EDHEC ? Si tel est le cas, c'est très interessant, mais si seul Nice est capable de proposer cela, cela va être compliqué.
Pour ma part, et pour mes enfants, les etudes prendront le dessus sur la natation.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 28 Aoû 2017 15:11 
Hors ligne
Nageur départemental

Inscription: 16 Oct 2005 16:41
Messages: 867
Il y a des possibilités dans plusieurs pôles et clubs. cela dépend des études envisagées et surtout de la motivation et capacité d'organisation du nageur.
Ce qui est sûr c'est que c'est moins simple qu'aux états-unis où l'université organise tout, où tout le groupe d'entraînement suit à la fois étude et entraînement (effet groupe) et où les résultats universitaires sont un impératif pour la poursuite des bourses (motivation).

En France, cela repose sur la motivation individuelle car ce sont des parcours individuels. Mais c'est possible et il y a plein d'exemples.
A Toulouse, il est même possible de faire une classe préparatoire en trois ans (donc études de haut-niveau). Toutes les facs proposent des aménagements (mais c'est la fac donc il faut se prendre en main, regardez les taux d'echec sans même parler des sportifs...). Les INSA ont toutes des cursus sportifs haut-niveau. L'INSEP a des très bonnes formations avec des partenariats (exemple Sciences Po Paris). Nice a également de beaux partenariats : EDHEC (mais à distance; ça ne convient pas à tout le monde) et Sophia Antipolis

bref plein de choses sont possible, même si il faut reconnaître que classe prepa pour intégrer une grande école réputée et entraînement très intensif, il faut être raisonnable c'est compliqué, les cursus d'école d'ingénieur à prepa intégrée sont plus adaptés car ils lissent la charge de travail universitaire sur plusieurs années.

Le problème est plutôt qu'il n'y a pas de campus (hors INSEP et sans doute dans une moindre mesure Toulouse) de sportifs qui crée une communauté qui se soutient et où concilier sport et études est la norme. En France il faut vouloir réussir les deux et être motivé et c'est possible. Et ceux qui font les deux sont bien armés pour réussir ensuite tout ce qu'ils entreprendront
Mais plus on dira que c'est compliqué, moins il y aura de candidats à tenter ce double projet et on rentre dans un cercle vicieux.
Mettons plutôt en exergue les belles réussites et il y en a : Hugues DUBOSQ, Aurore MONGEL, Julien SAUVAGE, Jordan POTHAIN, Solenne FIGUES et tant d'autres


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 30 Aoû 2017 11:44 
Hors ligne
Avenir

Inscription: 01 Juil 2014 21:07
Messages: 103
Spécialités: transat
Le sujet est très intéressant, et surtout très complexe. Pourquoi le double projet est-il plus facile à mener aux USA.
En France, c’est difficile d’en parler et de proposer des solutions, notamment quand le sportif et son environnement familial ne sont pas invités aux réunions, ne sont pas questionnés lors des enquêtes et ne disposent pas des résultats d’études et des documents ou statistiques traitant du double projet sports et études.
Le meilleur compromis se trouve évidemment aux USA, pays qui culturellement arrive à valoriser le sportif en lui offrant une priorité d’entrée en université, et en finançant au besoin les études. C’est l’exemple qui correspond le mieux au double projet et c'est pourquoi beaucoup n'hésitent pas à partir..
On rencontre également ce double projet en France, mais seulement pour les sports collectifs comme le foot qui met les gros moyens financiers pour accueillir les futures pépites, ou dans les écoles militaires (polytechnique, école navale, etc…) qui disposent également de moyens et d’équipements conséquents pour allier sports et études en enlevant toutefois l’obligation de résultat.
La plupart des sports individuels dont la natation ne parviennent pas à mettre en place un parcours d’excellence sportive digne de ce nom. A mon avis, ce qu’on appelle double projet, couvert par circulaire dans les sections sportives durant les années collège, n’est en fait qu’une simple dérogation à l’horaire standard d’un établissement scolaire (aménagement d’horaires) et qu’une autorisation d’absence exceptionnelle pour motif de compétition. C’est un bricolage qui permet toutefois de répondre à peu près aux attentes de l’ensemble des parties, jusqu’à la fin du tronc commun qu’on peut situer à l’entrée en première.
Des structures comme Toulouse proposent ensuite la particularité de bénéficier de l’autorisation donnée par l’éducation nationale de faire la première et la terminale sur 3 ans pour permettre d’aller vers le baccalauréat de manière harmonieuse. Cet allongement sera également appliqué au cas par cas dans certains IUT, universités et facultés…Au final, cela revient à rallonger d’un an la scolarité, et peut être vu comme un redoublement.
La signature de conventions pour l’accueil des sportifs de haut niveau en lycées labellisés devait pouvoir répondre à l’attente du double projet. Les mesures concernées sont des aménagements comme l’enseignement en dehors du groupe classe avec partenaires extérieurs (GRETA, chambres de commerce, etc…), regroupement des heures d’enseignement d’une matière sur des périodes ciblées (stage de langues en immersion par exemple), étalement du cursus scolaire (école d’été), annualisation des temps d’enseignement par matière, recours possible aux technologies d’information et de communication dans l’enseignement, encouragement d’espaces numériques de travail, possibilité d’enseignement à distance (cours par correspondance), etc…
Le gros problème de la mise en œuvre de ces mesures réside je pense dans la disparité, à l’issue de la seconde, des parcours de chacun des membres du groupe, parcours déjà individuels et très spécifiques (S, ES, L, etc…) qui viennent éclater le groupe et empêcher le regroupement de moyens sur une classe. C’est trop dur dans des structures restreintes (clubs ou pôles) réparties sur tout le territoire, avec des nageurs d’âges différents et appartenant donc à différentes filières, de négocier des moyens pédagogiques efficaces pour pallier les retards pris lors d’entraînements ou de stages sportifs. De plus, les dernières nouveautés des règlements contribuent également à éclater le groupe et les prévisions. Au même âge, filles et gars d’une même classe relèvent de catégories différentes, les parcours et compétitions de chacun sont différents en N2 ou en N1, la connaissance des qualifications est tardive pour les France, donc tout un ensemble de variables qui enlèvent la visibilité sur un planning et empêchent les anticipations.
Je peux continuer à lister les freins à la mise en place du double-projet en France, en donnant la particularité de la natation qui réclame un très gros volume d’entrainement, en listant l’ensemble des acteurs qui sont censés le conduire et qui n’ont pas du tout les mêmes objectifs : la fédé qui ne cible pas sa future élite (très peu de lycéens en collectif excellence), proviseurs de l’éducation nationale formatés pour les résultats au bac et restant sur des schémas institualisés, coachs concentrés sur les exigences sportives, ministère de la jeunesse et des sports qui ne voit pas la particularité de la préparation des nageurs par rapport aux autres sports, l’absence de politique sportive des régions, etc…
L’offre est également mal communiquée, avec aucune parution d’audits de structures , documents qui pourraient aider au choix des nageurs. Je pense que vous trouverez plus facilement le descriptif de votre future location de vacances que celui des pôles… !
Donc, dans de nombreux cas, face à ces difficultés scolaires à venir, beaucoup de nageurs arrêtent pour donner priorité aux études. D’ailleurs, je pense que les étapes d’entrée en sixième, en quatrième, en seconde sont des moments de décision quant à la suite de leur sport.
L’absence de ce double projet amène la majorité des nageurs vers des études à faible occupation calendaire, vers STAPS ou vers des facs qui laissent beaucoup de temps libre pour permettre les entraînements.
Je n’ai pas connaissance d’études ou de statistiques menées sur le sujet par la FFN, face à la perte massive de ses nageurs aux différents stades de la scolarité.
Personnellement, je pense que le double projet n’est possible et ne sera efficace qu’à la condition que l’on mette enfin le nageur et sa famille au centre des dispositifs, qu’on leur propose des parcours individualisés adaptés, qu’on autorise leur participation dans les différentes réunions sur le sujet, qu’on communique sur les audits des pôles et structures pour permettre un choix fondé sur du concret, qu’on donne les résultats des évaluations des différents dispositifs dans les lycées…
Des enquêtes au titre des états généraux du sport de haut niveau ont été réalisées fin 2016, qui peut-être vont dresser un constat national des attentes? Peut-être que Paris 2024 va amener également une prise de conscience comme cela a été le cas pour les anglais pour Londres 2012. Soyons optimistes même si pour l’instant c’est pas terrible !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 31 Aoû 2017 12:26 
Hors ligne
Nageur de pédiluve

Inscription: 21 Juin 2013 23:00
Messages: 28
romain1000 a écrit:
Je n'ai pas lu que Nice, par exemple , propose un partenariat avec l'EDHEC ? Si tel est le cas, c'est très interessant, mais si seul Nice est capable de proposer cela, cela va être compliqué.
Pour ma part, et pour mes enfants, les etudes prendront le dessus sur la natation.


Le partenariat avec l'EDHEC consiste à appliquer une remise de 25 % aux licenciés de l'ONN. D'autres clubs pourraient peut être obtenir la même chose.
Sachant qu'une année d'étude à l EDHEC (en post bac) coûte 9400 €, si vous avez une remise de 25 % , il vous restera quand même 7050 € à payer par an, uniquement pour les études (le diplôme s'obtient en 4 ans). et ce sont des études PAR CORRESPONDANCE.

D'autres écoles de commerce, toutes à peu prés au même tarif, proposent des études "on-line" aux sportifs de haut niveau.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 31 Aoû 2017 17:14 
Hors ligne
Poussin

Inscription: 15 Mar 2017 13:49
Messages: 263
Spécialités: toutes
Merci Art pour ces précisions.
Quand on est parent de nageurs, c'est ce qu'on regarde, et c'est personnellement ce que je regarde de plus en plus. Les conventions club-ecoles, car sinon c'est vite la galère.
Effectivement j'ai jeté un coup d'oeil à tout ça, et j'avais l'impression de voir Nice et Toulouse plutôt très bien organisé pour faire de la natation tout en étudiant dans de bonnes conditions. C'est primordial pour un athlète, et en France ça a l'air si compliqué.....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 02 Sep 2017 15:32 
Hors ligne
Nouveau canard

Inscription: 27 Mai 2015 15:26
Messages: 8
Spécialités: course natation
"L’absence de ce double projet amène la majorité des nageurs vers des études à faible occupation calendaire, vers STAPS ou vers des facs qui laissent beaucoup de temps libre pour permettre les entraînements."

C'est complétement juste, car personnellement nous venons de faire un choix en commun avec mon fils pour identifier le mieux pour lui, car il souhaite continuer à nager en bi-journalier + muscu, mais également faire des études, car il sait pertinemment que la natation malheureusement ne "nourris pas son homme". Une petite chance c'est qu'il a une année d'avance par rapport à un cursus scolaire dit "normal" donc il souhaite utiliser cette année pour continuer à nager avec 11 séances hebdomadaire et à donc choisi une filière fac avec une faible occupation calendaire, mais malheureusement une nouvelle fois la décision sera à prendre l'année prochaine, mais d'ici là il aura franchi ou pas un palier pour faire un choix, son choix.
Il sait que les études de sciences Po et diplomatie internationale qu'il souhaite ne sont malheureusement pas compatible avec un entrainement intensif du moins en France, alors un choix sera à faire : sport ou étude mais pas sport et étude, sinon s’expatrier et trouver une université le lui permettant.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 04 Nov 2017 15:34 
Hors ligne
Avenir

Inscription: 17 Avr 2013 10:04
Messages: 116
Localisation: finistere
bonjour,
Quelqu'un aurait il une idée du coup mensuel d'un pole espoir( internat et autres frais?)
ma fille actuellement en terminale souhaite concilier un pole et des etudes staps mais il est tres difficile d'avoir une idée de la faisabilité de la chose, en termes financiers et logistique.
Je sais que le niveau influe sur le prix, elle est listée espoir (donc pas de pole france j'imagine), finale A france élite en mai dernier.
Actuellement elle nage 6 fois par semaine en bassin de 25m, du bi quotidien en grand bain devrai etre un levier important...
bref on est dans le flou.

_________________
Altius, fortius... Et longus les coulées !!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 04 Nov 2017 16:53 
Hors ligne
Nouveau canard

Inscription: 04 Nov 2017 16:03
Messages: 1
Spécialités: Soutien
Bonjour à tous, je suis en accord avec tout ce qui vient d'être énnoncé. Je souhaiterais cependant apporter quelques precisions. Vous citez dans vos postes de grands clubs comme Nice ou encore Toulouse qui offrent des possibilités non négligeables d'allier études et entraînement, ces clubs s' appuient sur de grosses structures universitaires. Mais il existe également des clubs non moins prestigieux qui offrent également de bonnes possibilités de conjuguer sport et etudes universitaires.
Mon fils nage actuellement à Canet 66 et suit une fac de maths informatique à Perpignan. Il à la possibilité de repousser ses examens en fonction de ses compétitions et de ses stages. Il bénéficie via une convention des mêmes avantages que les joueurs de rugby de Perpignan : tutorat réalisé par des élèves de très bon niveau financés par une fondation, lien des cours magistraux sur internet, mais bien sur une astreinte aux tp et td.
Certes il ne s'agit pas d'une grande école mais c'est une fac à dimension humaine, presentant de petits effectifs et permettant un suivi plus individualisé des étudiants. Le club de Canet propose également des partenariats avec les universites espagnoles en kinesitherapie...
Certes il ne dispose pas d'un bac en 4 ans, mais pour un élève de niveau correct ce n'est pas quelque chose d'irréalisable, surtout quand le club sait nouer des partenariats et adapter ses moyens.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 05 Nov 2017 12:29 
Hors ligne
Nageur de pédiluve

Inscription: 27 Mai 2014 19:33
Messages: 21
Localisation: Bordeaux
Spécialités: Tuba
Bonjour,
Pour répondre à yayadu29, si votre fille est sur liste espoir et qu'elle veut intégrer un pôle espoir, il vous faudra débourser entre 5.000 et 10.000 euros par an en internat. Cela dépend du pôle et de sa situation.
L'idéal est d'accéder aux listes de "sportif de haut niveau" du ministère des sports afin qu'elle puisse accéder à un pôle France en ayant des coûts d'inscription beaucoup moins importants.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 05 Nov 2017 18:09 
Hors ligne
Nageur départemental

Inscription: 16 Oct 2005 16:41
Messages: 867
Et le club ou le nageur est licencié débourser à peu près la même somme pour les frais sportifs.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 12 Fév 2018 17:24 
Hors ligne
Nageur de pédiluve

Inscription: 21 Juin 2013 23:00
Messages: 28
Bonjour
Pour répondre à yayadu29, je vous conseille vivement de choisir un pôle qui est adossé à une structure CREPS.
Votre fille aura un bon suivi et Le cout sera moindre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 14 Fév 2018 0:03 
Hors ligne
Nageur de pédiluve

Inscription: 21 Juin 2013 23:00
Messages: 28
Pour répondre à tom :
Citation:
D'un autre coté, il est très aisé de passer son diplôme en 4 ans avec seulement 3 à 4h de cours par jours en moyenne, voir moins. En effet, certaines structures propose des systèmes pour valider une retains nombre de "crédits" (de mémoire il faut environ 120 crédits pour un bachelor) a savoir que 1 crédit = 1h de cours par semaine. Certains systèmes, par exemple propose de passer un examen de la langue française (vu sur la région de Miami) extrêmement simple nous permettant de valider 15 crédits d'un coup. Alors évidemment ca rabaisse le prestige du diplôme obtenu, mais aujourd'hui si on ne sort pas d'une très grande école ou de médecine le diplôme sert juste à dire "J'ai fait mes études!"


J'aimerai bien savoir dans quelle Université cela se passe comme ça ? Je ne pense pas que faire des études en anglais et s entraîner Deux fois par jour soit si facile que ça ! Et je ne crois pas non plus Que les nageurs internationaux aient des passes droit ( un Examen de français qui ferait gagner 15 crédits !!!?).
Il.ne faudrait pas laisser croire que c est si facile que ça. Les jeunes qui partent sont particulièrement motivés, organisės et ils travaillent dur la bas, sur les bancs de l ecole comme dans le bassin. Ils ont fait un choix et PAs seulement pour dire "j'ai fait mes études".


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 24 Fév 2018 23:45 
Hors ligne
Minime
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2009 12:18
Messages: 685
Localisation: Melun
yayadu29 a écrit:
bonjour,
Quelqu'un aurait il une idée du coup mensuel d'un pole espoir( internat et autres frais?)
ma fille actuellement en terminale souhaite concilier un pole et des etudes staps mais il est tres difficile d'avoir une idée de la faisabilité de la chose, en termes financiers et logistique.
Je sais que le niveau influe sur le prix, elle est listée espoir (donc pas de pole france j'imagine), finale A france élite en mai dernier.
Actuellement elle nage 6 fois par semaine en bassin de 25m, du bi quotidien en grand bain devrai etre un levier important...
bref on est dans le flou.


Il serait peut être plus judicieux de se rapprocher de l'entraîneur de votre fille, qui saura à coups sûrs accompagner son projet, la diriger vers la structure la plus adaptée, et qui apportera certainement les reponses a toutes les questions que vous vous posez :wink:

_________________
Le sage ne dit pas ce qu'il sait, l'idiot ne sait pas ce qu'il dit


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 26 Fév 2018 17:43 
Hors ligne
1ère compétition

Inscription: 08 Juin 2007 15:18
Messages: 180
Art a écrit:
Pour répondre à tom :
Citation:
J'aimerai bien savoir dans quelle Université cela se passe comme ça ? Je ne pense pas que faire des études en anglais et s entraîner Deux fois par jour soit si facile que ça ! Et je ne crois pas non plus Que les nageurs internationaux aient des passes droit ( un Examen de français qui ferait gagner 15 crédits !!!?).
Il.ne faudrait pas laisser croire que c est si facile que ça. Les jeunes qui partent sont particulièrement motivés, organisės et ils travaillent dur la bas, sur les bancs de l ecole comme dans le bassin. Ils ont fait un choix et PAs seulement pour dire "j'ai fait mes études".


Je n'ai jamais parlé de facilité, même s'il faut avouer que les études de manière général aux US sont beaucoup plus simple (manière d'enseigner plus pédagogique et cadrer qu'en France, donc le résultat suit). Il existait effectivement une école (FAU) où il était possible de passer une classe très rapidement permettant de valider ce nombre de crédit. Je ne saurais te donner plus d'informations puisque je n'ai pas trouvé l'interêt de le faire, cependant un ami à moi ne s'est pas gêné et tout était affiché sur ses transcripts. Il y a des désavantages évidents qui, entre autres, limite la portée/spécialisation du diplôme.
Beaucoup de jeunes partent soient en espérant percer, soit en ayant un niveau moindre pour continuer à nager/pratiquer son sport tout en faisant des études dans les meilleures conditions possibles (ce qui à été mon cas). Etudier en Anglais et s'entrainer 2 fois par jours n'est pas si facile comme tu l'as dit, mais le système Américain rend la tâche particulièrement plus simple qu'en France de part leurs infrastructures et leur système.
Quand à la dernière partie, il ne faut pas se voiler la face aujourd'hui, les études secondaires se résument à la même chose qu'avec le bac en France: sans le diplôme tu ne peux rien faire, avec le diplôme tu ne peux toujours rien faire. Il faut savoir lire entre les lignes. A aucuns moments je n'ai rabaissé qui ou quoique ce soit mais il faut savoir être honnête. Durant mes 5 ans là bas j'ai croisé énormément d'étrangers et beaucoup de Français (pas seulement en natation), la majorité (pas tous) partaient pour l'expérience et rentrer en France avec un diplôme. Pour les nageurs de niveau moyen il est extrêmement compliqué d'obtenir une bourse dans une université à grosse réputation académique.
Pour finir, toutes les écoles un minimum sérieuses au niveau sportif imposent un rythme athlétique extrêmement difficile mais à côté, pour me répéter, la difficulté des études est bien moindre. Ce qui à aucuns moments ne veut dire que le diplôme n'a aucun prestige ni d'équivalence (en terme de qualité). C'est simplement une question de système et d'efficacité.

PS: pour info je suis Français jusqu'au bout mais force est de constater qu'à ce niveau, le système Américain est bien meilleur que le notre

_________________
http://sapristiville.miniville.fr/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 09 Mar 2018 11:23 
Hors ligne
Nageur de pédiluve

Inscription: 21 Juin 2013 23:00
Messages: 28
Merci tom pour toutes ces précisions.
Comme tu connais bien le sujet, peut être pourrais tu éclairer la lanterne de tous ceux qui se posent des questions à propos d un départ pour les us ?
Par exemple, quel diplôme as tu passe la bas ? Es tu resté ou es tu rentrer après tes 5 années ? as tu continué la natation ? La pratique de la natation à t elle été valorisée dans ton parcours professionnel ?

Conseillerais tu un Départ dans une université américaine ?
Merci


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Expatriation des jeunes nageurs
MessagePosté: 03 Avr 2018 12:22 
Hors ligne
1ère compétition

Inscription: 08 Juin 2007 15:18
Messages: 180
Art a écrit:
Merci tom pour toutes ces précisions.
Comme tu connais bien le sujet, peut être pourrais tu éclairer la lanterne de tous ceux qui se posent des questions à propos d un départ pour les us ?
Par exemple, quel diplôme as tu passe la bas ? Es tu resté ou es tu rentrer après tes 5 années ? as tu continué la natation ? La pratique de la natation à t elle été valorisée dans ton parcours professionnel ?

Conseillerais tu un Départ dans une université américaine ?
Merci



Pour répondre à tes questions, de mon experience personnelle:
-Les démarches pour partir ne sont pas forcément aisées, il y a 2 solutions. La première est de faire appel à une sorte d'agent qui s'occupe de tout (recherche d'université/bourse ainsi que les démarches administratives) et cela a un coût d'environ 2 à 3000€. L'autre solution est de s'occuper de tout soi-même. De mémoire les éléments administratifs sont les suivants: faire une traduction de tous tes bulletins de notes du collège et du lycée. Passer le SAT ainsi qu'un autre examen (ca a peut être changé depuis). contacter l'université et obtenir le document I-20 te permettant de faire la demande de VISA à Paris uniquement (document à faire signer tous les ans par ton université). Il y a certainement d'autres choses mais je ne m'ne souviens pas.
Pour ma part j'ai passé un double Bachelor (équivalent bac+3 mais perçu comme bac+4 par la majorité des entreprises) en management du sport et marketing.
Pour des raisons personnelles j'ai décidé de rentrer en France par la suite. Il faut savoir qu'il n'est pas forcément aisé de trouver un emploi aux US dans la mesure ou l'employeur devra justifier pourquoi il t'emploi toi en tant qu'étranger et non pas un Américain. Tout cela dépend bien entendu de ton niveau et de tes qualité.
J'ai effectivement continué de nager pendant une saison, par simple plaisir personnel.
En France, le fait de mettre dans son CV que tu as étudié là bas en étant principalement financé par la pratique de ton sport est bien évidemment un atout par la suite mais aussi puisqu'à l'évidence ton anglais sera supérieur à un autre.
Pour ta dernière question, j'encourage les yeux fermé à un départ, ne serait-ce que pour l'experience unique que j'y ai vécu et pour le développement personnel que ca m'a apporter.

En espérant avoir répondu à tes questions :)

_________________
http://sapristiville.miniville.fr/


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Style based on FI Subice by phpBBservice.nl
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO